N°6 – 06/08/14 –

Let me introduce you…

The  N°6

Une nouvelle chronique mensuelle chez Ninie Plume !

the N°15 (3)

Et surtout, thanks to welcome Mr Pitt, Mr Jérôme Pitt !

IMG_20140707_230845

IMG_20140707_230749

Alors voilà. Jérôme est un libraire passionné et passionnant qui oeuvre à la Griffe Noire à saint Maur des Fossés. Jérôme est aussi mon meilleur copain. Vingt ans d’amitié, c’est fou, c’est inestimable… On s’est rencontrés sur les bancs de la fac de Lettres à Bordeaux… Pas sur les sièges du premier rang… Plutôt ceux du fond, sur lesquels on rit beaucoup (trop ?… :))… On s’est vus grandir, aimer, pleurer… On s’est engueulés, réconciliés, on a cuisiné des gratins de courgettes trois fois par semaine, bus un milliard de cafés ensemble et pas que… :)  On était dingues de Fox Mulder et Dana Scully, on a partagé un grand appartement et un chat tigré soit disant psychopathe… Et comme toile de fond…

Il y a toujours eu des mots, des livres… qui traînaient aussi dans le fond de nos sacs, sur les moquettes de nos studios ou sur les coins de table de nos cafés préférés.

Aujourd’hui, on s’est enfin décidés pour faire une place ici aux livres. Tous les 06 du mois (ou autour du 06 , heu, ouais, on bosse tous les deux des fois quand même, alors dans le doute, disons vraiment, autour du 06… :)), Jérôme le libraire vous présentera ses coups de cœur probablement autour d’un thème… ce sera l’œil vif du libraire, le vrai, le livraire quoi ! :). Moi, c’est juste la fille qui aime lire… La dilettante. Celle qui se délecte…

Le N°6,  un credo : retrouver le plaisir du  » Faut que tu lises ce bouquin !!!!!!! ? « . Mes plus grandes découvertes ont commencé comme ça, par cette petite phrase, d’une copine, d’un prof, de ma mère, d’un libraire… Des trésors cachés sur nos étagères…. Et non, les livres ne sont pas des nids à poussière ou peut-être alors… des poussières d’étoiles de ces mondes lointains dans lesquels on s’abîme avec délice…

Au fait,  pas de sponsor, pas de pub, pas d’obligation.

Juste deux copains qui aiment lire.

So let’s go pour the first : N°6 !

Et on commence par le Livraire !

IMG_20140805_155600

Jérôme a souhaité rendre hommage aux femmes, aux femmes de caractère,

à des héroïnes inoubliables…

Des destins fabuleux de  femmes, parfois glorieux, souvent dramatiques… Dit-il !

JE TE VOIS REINE DES QUATRE PARTIES DU MONDE d’Alexandra Lapierre Éditions Pocket.
La grande Histoire est souvent écrite par les hommes, qui souvent ont la fâcheuse tendance d’en gommer le rôle de leurs contemporaines. Ce fut ainsi le cas en 1595 de Dona Isabel Barreto qui devint, aux temps héroïques et violents des conquistadors, la première et l’unique amirale de la flotte espagnole. Sous la plume talentueuse et fougueuse d’Alexandra Lapierre, cette biographie romanesque nous fait découvrir une femme de tête qui traversa le Pacifique depuis Lima à la recherche d’un cinquième continent, l’Australie. Elle frôlera la mort, tombera éperdument amoureuse de deux hommes, suivra, sur prés de la moitié du globe une route maritime jusqu’alors totalement inconnue à la tête d’une véritable petite armada, se reniera et fera , à l’instar d’un Christophe Colomb, des erreurs absolues. Ce pur récit d’aventure vous fait avant tout rentrer de plein pied , au côté de cette femme admirable, dans le panthéon des grands explorateurs qui ont changé la face du Monde.

LE ROMAN DE ZELDA de Therese Anne Fowler Éditions Pocket.
Loin d’avoir été trahie par l’Histoire, où elle restera comme une des figures emblématiques de l’entre deux Guerre, aussi bien dans la vieille Europe qu’au États Unis, elle l’aura été tout simplement par son propre mari. En effet, F.Scott Fitzgerald, écrivain majeur de la littérature américaine, auteur du cultissime Gatsby le Magnifique, forma avec Zelda le couple emblématique d’une Génération Perdue en littérature côtoyant dans des fêtes et autres soirées des écrivains comme Hemingway ou Dos Passos. Femme magnifique, anti conformiste, douée d’un sens absolu de la repartie, elle ouvrira à son illustre compagnon les portes de la gloire, dans un tourbillon mondain ininterrompu de ces Années Folles. Cependant, la réciproque ne se vérifiera jamais…
C’est le portrait d’une femme unique, en avance sur son époque qu’il nous est donné à lire, avec en creux celui d’une époque où puritanisme et soif absolu de liberté ne font guère bon ménage.

UN ÉTÉ AVEC LOUISE de Laura Moriarty Éditions Pocket.
Cette autre femme célèbre en est le très bon exemple. Sa frange est déjà bien là. La jeune Louise Brooks a tout juste 16 ans en 1922 et des rêves plein la tête. Celle qui deviendra une des icônes hollywoodiennes les plus célèbres s’apprête à rejoindre New York. Ses parents vont lui adjoindre les services d’une femme de vingt ans son aîné, Cora. Louise, adolescente piquante, femme enfant désarmante, ne pense qu’aux théâtres, aux clubs de jazz, aux hommes et surtout à une liberté enfin trouvée, loin d’un cocon familiale austère. Cora, pleine de principes d’éducation, veille au grain. Toute la beauté et l’attrait de ce roman ne réside cependant pas dans l’opposition évidente entre ces deux femmes, double portrait paradoxale d’une même société américaine, mais dans la façons dont ces deux êtres vont se marquer à jamais le  temps d’un été. Leur vie ne sera plus jamais la même. Portrait d’une époque, mais surtout  de femmes que vous n’êtes pas prêts d’oublier.

SANTA EVITA de Tomàs Eloy Martines Pavillons Poche.

Un autre femme que vous ne risquez pas d’oublier, une fois la lecture de ce roman argentin, le plus vendu au monde, achevée. Evita Peron a eue une vie qui fut un roman. Épouse, voire égérie, du général Péron, elle fut, malgré une courte vie, une première dame sulfureuse, adoré malgré cela par les petites gens. Le roman de Martinez oscille de manière permanente entre la grande Histoire et une belle propension, presque comique, aux ragots. Nous sommes loin de la version musicale, hagiographique, et hollywoodienne, avec dans le rôle titre Madonna. Et pourtant, vous ne pourrez vous empêcher d’avoir de l’empathie pour cette femme qui marqua à jamais l’ Histoire de l’ Argentine.
Tous ces livres sont dans des formats de poches, faciles à glisser dans des bagages, sacs et autres valises. Partez en vacances avec ces femmes, qui, chacune à leur manière, ont changé le monde et l’ont mené l’espace d’une vie.
IMG_20140715_190530-001

Walden ou la vie dans les bois d’ Henry David Thoreau (L’Imaginaire Gallimard – 12€)

Je me suis donné un thème d’été : la contemplation. Quand les heures semblent plus longues, on peut retrouver le temps de s’arrêter sur un paysage, une phrase, une sensation. Vous avez peut-être adoré comme moi Into the Wild… Voici donc une version d’un autre siècle mais dont on retrouve le même souffle, la même aspiration pour une vie sauvagement libre… La fin tragique en moins…Henry David Thoreau, auteur américain, décide de se retirer pour un temps pour construire sa cabane près d’un lac et de vivre du travail de ses mains. Un voyage immobile :  « Je ne lus pas de livres le premier été ; je sarclai les haricots. Que dis-je ! Je fis souvent mieux que cela. Il y eut des heures où je ne me sentis pas en droit de sacrifier la fleur du moment présent à nul travail, soit de tête, soit de mains. Quelquefois par un matin d’été, ayant pris mon bain accoutumé, je restais assis sur le seuil ensoleillé du lever du soleil à midi, perdu dans mes rêves…  »  Je vous laisse continuer seul , et si les descriptions ne sont pas votre tasse de thé, Walden est certainement l’un des livres dont on peut le plus corner les pages pour y retenir une pensée :  » J’avais dans ma maison trois chaises : une pour la solitude, deux pour l’amitié, trois pour la société. »

Far West I et II – La piste de l’Ouest et Le grand retour ( Phébus Edition, Libretto – 12€ chaque volume)

Et si vous souhaitiez voyager dans des paysages encore plus vastes, engagez vous dans les pas de Lewis et Clark pour une traversée d’Est en Ouest des Etats Unis. C’est les USA mythiques que l’on traverse, un aller retour qui durera deux ans le long du Missouri. On y croise tous les grands noms de ce XIXème siècle, de Jefferson aux  Nez percés aux Black Buffalo… De ce nouveau Monde  qui va bientôt disparaître…

The end !

J’espère que cette chronique vous plaira…

Nous vous disons donc, à bientôt…

Autres thèmes à venir pour le :

06/09/14

:))

PS : Dans la sélection de Mr Pitt, j’ai un immense coup de cœur pour « Je te vois reine des quatre parties du monde »… Une superbe découverte ! Et vous, un coup de cœur ? Un destin d’héroïne(s) que vous aimeriez partager ? N’hésitez pas à laisser un commentaire… :))

Publicités

5 réflexions sur “N°6 – 06/08/14 –

  1. Génial ! Tu sais…avant d’être dans l’EN, j’étais libraire…je recouvrais mes livres de papier de soie et je disais « il faut que tu lises ça.  » Après. plus tard…comme Pépé Carvalho de Montalban…je me suis débarassée de tous mes livres…je n’ai pas lu ceux là. alors je note. Un livre magique…un destin de femme : « Le livre de Dina » de Wassmo, ed Gaïa ou 10/18 en poche ou encore Purge de Oksanen ed Stock… »il faut que tu lises ça.  » bisous ….

    • Je ne sais pas pourquoi… Mais parmi tous les métiers que tu auraient pu faire, j’aurais fortement parié sur libraire ! Et le plus amusant, c’est que le livre de Dina (version papier rose du temps d’avant… :)) est un des bouquins que j’ai le plus mis en rayon quand j’étais moi-même libraire (je m’occupais du rayon littérature scandinave entre autre !!! :)) ! Et je ne l’ai pas lu… Donc, merci de m’avoir rappelé son existence !!!! Bizzzzz A bientôt, ma petite sardine préférée !

  2. C’est drôle comme vos 2 thèmes se rejoignent … Enfin… Dans mon esprit tordu en tous cas…;)
    Toutes ces femmes ont du se sentir « into the wild  » à un moment ou à un autre… Et quelle femme n’a jamais eu envie de s’échapper du regard du monde à un moment ou à un autre ? …
    Il y a une auteure qui à mon sens relie parfaitement vos 2 thèmes: Joyce Carol Oates. Rien de tel qu’une nana … Et le « livraire » ne s’y est pas trompé…
    Même si j’ai un faible pour Zelda !
    C’est vers Evita Peron que j’irai… Cet été ! Juste pour voir ;)))))…

    Sinon, j’ai bien une héroïne en tête oui ! dont l’histoire reste à écrire …

    Merci à vous 2 ! Au 06/09/14 !

    • Merci Leila… Toi l’héroïne discrète et si peu étrangère au petit bonheur de cette chronique. Cela fait des années que je me dis qu’il faut que je lise du JCO… Et puis j’oublie. Cette fois-ci, je n’oublierai pas Blonde dans ma liste de l’année !!! :)))) bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz ! :)))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s